Blog

Mon premier enduro au Vélo Vert Festival

ENDURO : Inspiré de l’enduro moto, le parcours est à profil majoritairement descendant, il est constitué de spéciales chronométrées (en moyenne 5-6) et de liaisons non chronométrées à effectuer sur le vélo.
C’est une discipline complète car il faut de la technique pour la descente mais aussi un bon physique pour les portions de pédalages (relances et montés).

articleEnduro2
Réveil 7h15, le ventre est noué, un mélange entre l’excitation et le stress, je ne sais pas à quoi m’attendre pour ce premier enduro.
On rejoint la station en vélo, ça nous fait les jambes et nous réveille en même temps. On se positionne devant la file d’attente de la télécabine, je regarde autour de moi, on doit être 7-8 filles, j’abandonne mon idée d’être classée.
L’ambiance est détendue, on discute avec les voisins, on se fait interviewer, quelques dizaines de minutes plus tard on est en haut.

La première liaison commence bien, on descend sur une piste verte avec virages relevés, mais plus on descend, plus je me rend compte que le sol est bien humide, boueux par endroit, pas trop mon fort.
L’attente est longue pour la Spéciale 1, enfin notre tour, je pars avec mon copain en mode on donne tout, le départ est plat mais je déchante vite lorsque l’on rentre dans un single bien boueux, ça glisse de partout, je n’arrive pas à me lancer et préfère descendre de vélo, je n’éviterai toutefois pas quelques chutes.
A l’arrivée, je me demande si j’ai fais le bon choix, je ne suis visiblement pas assez entrainée et sûre de moi. La liaison qui suit ne me rassure pas vraiment, ça grimpe fort, tout le monde ou presque autour de moi est à pied. On souffle à l’arrivée et on repart pour la suite. Je reprend d’ailleurs confiance sur les 2 Spéciales qui suivent, mon copain me motive sans arrêt, le pneu avant accroche bien, l’arrière glisse sur les cailloux humides, mais je me fais plaisir … à mon rythme.
Les liaisons s’enchaînent aussi, plus ou moins difficiles mais on est quand même souvent à côté du vélo.

articleEnduro1

La Spéciale 4 débute avec un petit pierrier à passer devant tout le monde, il faut rester concentrer, ne pas tomber devant ceux qui attendent, je m’accroche passe le plus de passages possible sur le vélo, concentrée, attentive et je m’en sors mieux (il y a encore 10 personnes derrière moi au classement).
On remonte ensuite pour aller sur l’avant dernière Spéciale et la fatigue se fait ressentir, on ne se bat plus pour partir en premier. On se lance, ça glisse je pose les pieds dans les virages, je n’arrive plus à me concentrer, dommage c’est une des pistes les plus accessibles, j’y repasserai le lendemain sans difficulté, comme quoi la fatigue …
On repart sur la dernière liaison, pressés d’en finir, je tire la langue mais m’accroche, on y est presque, on ne lâche rien.
Nous sommes dans les derniers à partir, je laisse mon copain partir devant, j’ai bien fait, les premiers virages relevés sont agréables à passer mais ils se terminent vite et on arrive sur des escaliers que je ne passe pas, trop fatiguée.

Mon classement n’est pas glorieux, je suis dernière féminine , mais pas dernière au scratch. J’en garde une super expérience, l’enduro est une discipline vraiment complète, et si vous voulez tester l’aventure je vous recommande vivement de bien vous entraîner avant de vous lancer !

3 Comments

  1. Marie-Eve

    Il est vrai que la faible participation de filles entraine un challenge supplémentaire pour se classer. Félicitations pour avoir été jusqu’au bout de cet enduro.
    Cela a renforcé mon idée de participer à une épreuve de ce style et de poursuivre mon apprentissage en VTT.
    Juste une petite question : avec ton copain vous vous êtes suivis sur toutes les spéciales ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


+ trois = cinq