Blog

Tests du sac à dos Deuter Transalpine 26SL

Les voyages en itinérance à VTT sont en plein développement, avec notamment la création de nouvelles Grandes Traversées (voir leur liste officielle ici), qui permettent de découvrir de nouveaux horizons, sur plusieurs jours, dans des paysages magnifiques.

Mais pour passer un bon moment sur le VTT, il y a un impératif : être bien équipé ! En effet, que l’on parte en totale autonomie (tente, réchaud, nourriture sur le dos) ou avec le (relatif) confort de nuits en gite, le voyage peut facilement être gâché par des problèmes mécaniques, un manque d’équipement (une casse au milieu de nulle part peu vite devenir une galère sans nom !), trop d’équipement (car tout se porte sur le dos), ou du matériel mal adapté.

Ainsi, le choix du sac à dos est primordial : il doit être de taille adaptée, confortable (les journées peuvent être longues !), et ne pas bouger sur le dos, car le but est bien évidemment de profiter des descentes !

Après plusieurs années équipée d’un sac de rando classique confortable et de bonne taille, mais mal adapté au VTT (qui bougeait dès que ça descendait un peu), j’ai investi cet été dans un vrai gros sac de VTT : le DEUTER Transalpine 26 SL. Voici mon compte rendu après une première utilisation sur un petit trip de 5 jours cet été entre la Suisse et l’Italie.

Le Transalpine 26Sl bien chargé, dans le Val d’Aoste

Commençons par décrypter le nom du modèle du sac.

  • Transalpine, c’est la gamme de Deuter destinée au voyages à VTT. Ca tombe bien !
  • 26 pour le volume intérieur du sac, en litres. Selon moi, c’est le volume idéal pour l’itinérance : en dessous de 25 litres, on a du mal a tout caser (ou alors, il faut faire des choix drastiques et laisser à la maison toute fringue de VTT de rechange. Et il faut aussi penser au pic nique…). A partir de 30l, cela devient énorme, et si on le remplit, il faut aussi penser au poids qu’il va falloir monter à chaque col…
  • SL, c’est le nom de code de DEUTER pour signaler un sac destiné aux femmes, ou aux hommes de petit gabarit (taille inférieure à 1m70). D’ailleurs, les couleurs sont plus féminines que sur la gamme classique de la marque. On évite néanmoins le rose/violet/turquoise bien délavé un peu stéréotypé.
transalpine26sl

Les deux couleurs du Transalpine 26 SL en 2016 : Aubergine-Fire (violet-rouge pour faire simple) et Turquoise-Arctic (Turquoise-bleu)

Passons ensuite à la description du sac et de ses poches, puisqu’il en est bien fourni !

Le sac dispose d’une grande poche principale, dans laquelle on retrouve deux poches ouvertes : une grande côté dos, et une petite côté extérieur. Le grand compartiment de la poche principale est divisible en deux compartiments haut et bas. Le compartiment du bas est accessible par une fermeture  éclair dédiée. Pratique pour accéder rapidement à ses outils placés au fond du sac en cas de problème mécanique. Le grand compartiment est également équipé d’une « manche » pour y glisser une pompe.

On trouve également une petite poche sur le dessus, dédiée aux clefs, portefeuille et petit matériel, et une petite poche en bas.

La poche principale

La poche principale

La poche du haut

La poche du haut

Partie basse du sac

Partie basse du sac

Au niveau accessoires : une poche à cartes le long du dos, un filet de chaque côté du sac, des poches sur la sangle ventrale pour glisser des barres de céréales, un porte casque, une cape de pluie, et, plus original, une plaque de mousse glissée le long du dos, censée servir à s’assoir confortablement (jamais testée !).

Poche sur la sangle ventrale, malheureusement un peu petite pour pouvoir y glisser un smartphone ou un APN compact

Poche sur la sangle ventrale, malheureusement un peu petite pour pouvoir y glisser facilement un smartphone ou un APN compact

La mousse-siège

La mousse-siège

 

 

Bref, le sac à dos dispose de tout ce dont on a besoin, et même plus ! Ainsi, je n’ai jamais utilisé la poche à carte (on est passés au GPS), ni la mousse-siège, qui est restée dans le sac. A noter que mieux vaut ne pas la retirer pour rouler, car elle permet d’avoir un dos assez rigide. Je n’ai pas testé non plus, mais j’imagine que, sans être une protection à proprement parler, la mousse doit absorber un peu en cas choc sur le dos…

Par contre, le sac est vendu sans poche à eau (il dispose bien évidemment d’un compartiment dédié), mais logiquement, vous avez déjà un sac plus petit et êtes donc déjà équipées !

A l’usage, les charges se répartissent bien sur le dos. La bonne largeur de la sangle ventrale est bien agréable, elle ne cisaille pas le gras (!!) et permet au sac de rester bien en place sur le dos, ce qui permet de se concentrer complètement sur le placement de sa roue avant quand ça devient technique ! Le dos du sac est composé de deux blocs, avec la technologie Airstripe de Deuter. Rien à signaler de ce côté là : pas de miracle, on transpire quand ça monte !

A la montée…

...A la descente

…A la descente

Pour les portages (ça compte quand on fait du vélo de montagne), le sac permet de « poser » le vélo dessus, ce qui préserve le dos, et est bien appréciable dans la durée

Portage dans la neige…

Le porte casque, outre sa fonction originelle, permet de glisser tout ce qu’on ne veut pas forcément mettre à l’intérieur du sac. Par exemple, il est pratique pour ranger genouillères et coudières à la montée, ou glisser temporairement une veste quand on sent que la prochaine averse n’est pas très loin !

Au final, après essai, le meilleur compliment qu’on puisse faire à ce sac, c’est qu’il sait se faire oublier, et qu’on n’est jamais été ennuyé pour trouver une place pour chaque objet…Je suis donc vraiment contente de cet investissement.

Par contre, ça fait (encore) un sac de plus dans ma collection (une vraie fille !)… Néanmoins, il est également un très bon compagnon pour les déplacements cyclistes du quotidien, grâce à sa taille et son agencement.
On peut également se consoler en se disant qu’il pourra également servir cet hiver, skis aux pieds !

 

EN BREF

Les plus :

  • Le nombre de poches, leur agencement
  • La taille idéale pour la rando en itinérance
  • La ventrale bien large

 

Les moins :

  • Pas de poche à eau
  • Poches sur la sangle ventrale juste trop petites
  • Pas particulièrement léger

 

Où le trouver :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


deux + neuf =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>