Blog

TransAlp : From Nice to Montreux

JULBO TransAlp - Clementz © Jérémie Reuiller-1010_redim

En septembre 2017, Jérôme Clementz et Pauline Dieffenthaler ont réalisé un trip à travers les Alpes à l’assaut des cols mythiques. Pas question d’utiliser les routes goudronnées, mais bien les plus beaux trails alpins avec leurs VTT d’enduro. En imaginant un tracé de la mer Méditérannée jusqu’au lac Léman, Jérôme et Pauline ont affronté 7 cols de légende (Col de l’Izoard, Col du Petit Saint Bernard…) en autant de jours.

Crédits photo : Jérémie Reuiller

Les pilotes

PaulineJerome

Pauline Dieffenthaler compte à son palmarès plusieurs victoires en DH marathon (Mégavalanche Alpe d’Huez, Mégavalanche de la Réunion,…) et participations aux Enduro World Series (EWS). Elle a délaissé la compétition pour se consacrer entièrement au rôle de team manager pour Jérôme. Elle est aussi organisatrice d’évènement (Cannondale Enduro Tour) et propose des prestations de chronométrage (Enduro Jura, Giromany). Finalement, si vous trouvez Jérôme, Pauline n’est jamais loin car ils sont tous les deux animés de la même passion : celle du VTT.

Jérôme Clementz est un VTTiste accompli, dans sa catégorie (VTT enduro) il a déjà tout gagné. Le premier champion du monde d’Enduro de l’histoire et aussi un passionné de voyages et découvertes. Il prend toujours le temps d’aller découvrir les montagnes, avec son vélo loin des chronos et dossards. Il s’est déjà rendu, entre autres, en Indonésie pour poser ses crampons au sommet du Mont Rinjani (3726 m) et, plus récemment, il a profité d’une pause entre deux manches des EWS (Enduro World Series) pour aller rider les pentes du Mont Elbert au Colorado (4401 m).

Interview

JULBO TransAlp - Clementz © Jérémie Reuiller-1017

Pouvez-vous expliquer en quelques mots ce qu’est TransAlp ?

Jérôme : L’idée de ce projet est née en plusieurs étapes. Tout d’abord en regardant le tour de France cycliste. Les coureurs évoluent dans ce beau décor alpin et les images sont splendides. Ensuite en allant sur différents événements vélo je suis passé par ces cols en voitures.

Dans les 2 cas je me disais qu’il devait forcément y avoir des sentiers magnifiques aux alentours qui seraient sans doute plus fun et encore plus beau que par la route départementale qu’empruntent les cyclistes. J’avais vraiment envie d’un jour prendre le temps d’explorer ces cols mythiques des Alpes et de les affronter sur mon VTT.

Pour avoir une ligne directrice et une limite j’ai pensé à faire un tracé pour aller de Nice jusqu’au Lac Léman en passant par les cols célèbres du Tour de France. Je ne voulais pas en faire un défi physique c’est pourquoi en tant qu’enduriste j’ai imaginé faire les vallées et les montés en voitures, ce qui n’empêche pas qu’une fois au col nous ne pédalions pas pour trouver les meilleures descentes.

JULBO TransAlp - Clementz © Jérémie Reuiller-1050

Quelle était la composition de l’équipe sur ce trip ?

Pauline : L’équipe devait être restreinte et efficace car nous avions la contrainte de tout faire rentrer dans un van (les vélos, les bagages, le matériel de tournage), donc nous étions 5.

Jérôme : La logistique a un attrait important dans ce genre de projet et quitte à le faire autant partager mon expérience et faire voir à tout le monde la beauté de ces endroits. J’ai donc missionné Jérémie Reuiller pour les photos et le drone, ainsi que Pierre Henni pour les vidéos et le drone. Ce sont des jeunes talentueux qui en plus de cela sont capable d’affronter les dénivelés et la technicité des chemins que j’envisageais avec leur équipements sur le dos. C’est un aspect non négligeable. Au niveau des pilotes je devais partir avec François Bailly Maitre, passionné de montagne et rider Julbo. Malheureusement ce dernier s’est blessé en août. Ma partenaire Pauline Dieffenthaler s’est alors sacrifiée pour m’accompagner. Nous avions donc une équipe pour l’aventure mais il manquait une pièce maîtresse sachant que la voiture n’allait pas descendre tout seul du col. Léa Weill de Julbo, nous a rejoint pour la logistique et nous soutenir dans différentes missions comme la conduite, la réservation des logements mais aussi en nous nourrissant le midi et en portant le drone sur site.

JULBO TransAlp - Clementz © Jérémie Reuiller-1096

Est-ce un projet qui mûrit depuis longtemps ?

Pauline : Le projet a germé dans la tête de Jérôme, avec peut-être pour projet d’aborder d’autres chaînes montagneuses lors d’un prochain trip….

Jérôme : J’y ai pensé durant plusieurs années avant d’en faire une réalité. J’en ai parlé à Lucie Lacroix de Julbo qui a été séduite. A partir de là j’ai travaillé plus en détails pour imaginer la route et chercher les sentiers à proprement parler.

JULBO TransAlp - Clementz © Jérémie Reuiller-1154

Comment as-tu choisis les traces ?

Jérôme : J’ai d’abord sélectionné les cols qui permettaient la traversée de façon cohérente mais aussi avec un peu de défi. Une fois les 7 cols trouvés j’ai soit fait appel à mes contacts locaux soit fait des recherches sur les cartes IGN pour trouver. Il y avait certains impératifs à respecter comme éviter les parcs nationaux interdits au VTT, trouver de belles descentes qui vaillent la peine d’être roulées et nous amener du sud vers le nord. Sans les conseils des locaux le travail aurait été plus dur et nous n’aurions sans doute pas eu accès aux petits bonus secrets que seulement ces derniers connaissent et que la carte ne retransmet pas. C’est pourquoi nous avons souvent fait des petits détours alors que des descentes plus directes existaient.

JULBO TransAlp - Clementz © Jérémie Reuiller-1208

Est-ce que tout s’est déroulé selon les plans ?

Jérôme : Le plan était assez large et laissait place à l’improvisation, chose obligatoire en haute montagne. Ma plus grosse inquiétude était la météo car celle-ci peut rendre l’expérience beaucoup plus difficile. Par chance il a fait beau, juste un peu frais mais on a survécu.

Pauline : Nous avons eu une chance fabuleuse avec la météo ! Une semaine de beau soleil, pas une goutte de pluie, alors que 2 jours après la fin du trip il a neigé au col du Galibier ! Et malgré la fin de saison où beaucoup d’établissement fermaient leurs portes, on a réussi à se loger et manger en dernière minute !

Jérôme : Autrement nous avons eu pas mal d’imprévus. Au départ le Col d’Allos un ami m’a conseillé la Trace qu’il avait faite il y a quelques années. Malheureusement entre temps le chemin a été débalisé et nous avons eu du mal à le trouver. Il y avait des arbres en travers, de l’herbe hautes, des traversées de canyons effondrés, mais entre ces segments de belles sections heureusement. Ensuite Pauline a eu un souci mécanique avec son vélo et nous avons dû attendre 2 jours avant de trouver un magasin pour réparer, elle a donc emprunté le vélo de Jérémie. Enfin Léa a eu une petite aventure sur la route et une crevaison mais au final rien de grave et cela nous laissera de bons souvenirs. Au final nous avons réussi dans le temps que nous nous étions imparti.

JULBO TransAlp - Clementz © Jérémie Reuiller-1299

 Qu’est ce qui a été le plus dur dans ce trip ?

Jérôme : Personnellement, je dirai que le plus dur a été enchaînement des journées. C’est déjà un défi de le faire en vélo mais en plus de passer du temps pour les vidéos et les photos cela a rendu la semaine encore plus intensive. Lever tôt et coucher tard !! Mais je suis sûr que quand on verra les images on ne regrettera pas ce petit surplus d’activité.

Pauline : Le plus dur a été de filmer (remonter une centaine de fois) et surtout d’enchaîner les 7 cols ! La fenêtre météo étant favorable, on a dû en profiter au maximum pour ramener des images de qualité ! Je pense que faire le trip sans la contrainte de shooter est tout à fait envisageable pour un VTTtiste averti !

JULBO TransAlp - Clementz © Jérémie Reuiller-1291

Le col qui t’as le plus marqué ?

Jérôme : Personnellement au niveau de la vue, L’Izoard est magique, c’est vraiment étrange de se retrouver là haut, ça ne ressemble à aucun autre endroit des Alpes. Sinon au niveau du ride La descente du col de l’Iseran est juste un pur bonheur.

Pauline : Le col du petit saint Bernard est l’un des plus marquants pour différentes raisons : premièrement on passe de la France à l’Italie au sommet, puis on se retrouve dans un univers alpin à couper le souffle avec le Mont Blanc et les grandes Jorasses en fond de tableau. La descente en vélo est juste terrible avec un terrain raide, mais beaucoup de terres, le sentier est vraiment plaisant ! Et la touche finale est qu’on peut manger une « gelato » en fin de journée

La route

JULBO TransAlp - Clementz © Jérémie Reuiller-1339

Côté statistiques

650 km entre Nice et Montreux (en voiture)

190 km à vélo

3320 m de dénivelé grimpé à vélo

12660 m de dénivelé négatif à vélo

13 heures en mouvement sur le vélo

7 cols (Allos, Vars, Izoard, Galibier, Iseran, Petit St Bernard, Grand St Bernard)

3 Pays (France, Italie, Suisse)

5 régions (Alpes maritimes, Hautes alpes, Savoie, Val d’Aoste, Valais)

La route en détail

  • Col d’Allos 2247m: Un endroit réputé pour l’enduro aux portes du Mercantour et de la vallée de l’Ubaye. Au sommet la vue est imprenable, le trip commence, le programme est alléchant. 1er aléas de l’aventure : le sentier n’est plus entrenu et il y a beaucoup de navigation et de portage à réaliser. Heureusement entre ces portions, c’est un régal dans les forêts de mélèzes. Une approche qui rappelle que rien n’est jamais acquis et que des surprises seront au rendez-vous !!
    JULBO TransAlp - Clementz © Jérémie Reuiller-1021

 

  • Col de Vars 2109m: La frontière pour basculer dans la vallée de la Durance et vers le lac de Serre-Ponçon ! Plutôt que de choisir le sentier qui longe le col, nos pilotes remontent 500m de dénivelé supplémentaire afin de rouler sur les crêtes et descendre un magnifique vallon à la lumière du soleil couchant. La descente de plus de 30km se fait avec les moutons et chamois pour rejoindre Guillestre, un vrai bonheur.
    JULBO TransAlp - Clementz © Jérémie Reuiller-1057

 

  • Col de l’Izoard 2360m: Ce col est unique est vite devenu incontournable dans la préparation. Le panorama est lunaire, la vue est unique et l’on se sent tout petit dans cet environnement. Une fois sur le vélo le plaisir est au rendez-vous en traversant les différents type de végétation une fois les moraines glaciaires passées, des alpages d’altitude aux forêts de pins, jusqu’au hameau de bergers. Une fois en bas on a qu’une seul envie c’est de remonter pour un autre run !!
    JULBO TransAlp - Clementz © Jérémie Reuiller-1103

 

  • Col du Galibier 2642m: Un mythe à lui tout seul. Rien que pour arriver au sommet il faut se frayer un chemin parmi les cyclistes qui tentent l’ascension. Les glaciers de la Meije en arrière-plan, la 1ere partie de la descente se fait dans des vallons et prairies, une pause à Valloire pour une boisson hydratante et ça repart. Pour plus de plaisir une remontée au-dessus de Valloire s’impose avant de basculer dans la vallée de la Maurienne par une descente qui pourrait être classée dans le top 10 des meilleurs trails mondiaux !!
    JULBO TransAlp - Clementz © Jérémie Reuiller-1151

 

  • Col de l’Iseran 2764m: Le toit de l’aventure ! Une descente énorme jusqu’à Bourg Saint Maurice attend notre équipe. Au détour d’un chemin un certain Enak Gavaggio se propose de servir de guide et essaie de glaner quelques conseils de pilotage ! Le tout sur fond magistral et encore une fois des vues à couper le souffle et des sentiers de montagne propice au VTT.
    JULBO TransAlp - Clementz © Jérémie Reuiller-1221

 

  • Col du Petit Saint Bernard 2188m : Frontière entre la France et l’Italie et à peine franchie on ressent tout de suite la différence. On rejoint la Thuile, station connue pour accueillir des manches des Enduro World Series (EWS). Passage obligatoire sur certaines pistes du Bike-Park avant d’enchainer sur une descente mémorable jusqu’à Morgex. De la pente, de la bonne terre et des sourires à n’en plus finir.
    JULBO TransAlp - Clementz © Jérémie Reuiller-1335

 

  • Col du Grand St Bernard 2469m: Après une incursion Italienne, place à la Suisse pour le dernier col du trip. L’équipe est fatiguée mais le programme est alléchant et la descente jusqu’à Orsières motive tout le monde ! Un environnement très minéral et alpin qui marque le contraste tout autour du Mont Blanc. Après une partie plutôt engagé, la fin se passe sur un sentier au bord de rivière qui contente tout le monde pour finir en beauté !
    JULBO TransAlp - Clementz © Jérémie Reuiller-1425

 

Le teaser

Le premier épisode

La suite est à retrouver sur la chaîne Youtube Julbo

Transalp a été réalisé en partenariat avec la marque Julbo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


quatre + trois =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>